ABI

Guillaume Achaz


Observer, Modéliser, Comparer et enfin Recommencer.
Une boucle infinie qui motive (et justifie ?) le travail. L'ordre de ces étapes peut être changé sans que sa logique n'en soit affectée. En s'attaquant au versant moléculaire de l'évolution, nous cherchons à caractériser les forces évolutives qui façonnent les molécules du vivant (principalement les génomes) mais également à les utiliser comme marqueurs pour comprendre de l'évolution et l'écologie des organismes.
En approchant les questions biologiques par l'angle informatique et/ou mathématiques, j'aspire à trouver le juste point où les prédictions des modèles rendraient pleinement compte des données observées (utopie !). Quelle abstraction minimale permet de comprendre et prédire l'évolution du monde vivant?