Tronçon St Mandé-Massena-Porte de Choisy

Mon premier tronçon (donc le plus beau !).
 

On commence par entrer au niveau de la Porte de Saint-Mandé, villa du Bel Air - donnant sur la rue du Niger (entrée très facile et jolie).
La balade est assez champêtre jusqu'un peu avant la Seine, juste après être passé sur l'A4 et avoir longé les boulevards phériphériques intérieurs. A partir là, le décor devient plutôt du style "Stalker": entrepôts a moitié abandonnés, camions poussiérieux, rats le disputant en taille aux chats.
A la gare Masséna, on est obligé de faire un petit tour sur les voies ferrées utilisées - pas dangereux car on n'en traverse pas une -, car la petite ceinture est coupée. C'est assez facile en longeant et en remontant le long du pont sous lequel passe les voies utilisées - voir les photos plus loins - (un peu gadouilleux les jours de pluie surement!!!). Ensuite, on rembraye sur la deuxième partie, qui commence aussi assez champêtre, puis on commence à traverser plusieurs tunnels. Il y a une tunnel double (sous le deuxième qui est un cul de sac sont logés des sans abris, logés n'est pas trop fort, car il y a vraiment du mobilier, et des chiens bergers allemands (au moins 3 ou 4!!!). Pour les chiens, ca va, ils ne sont pas sauvages, bien que méfiants. De toute façon, on est très content d'avoir des pierres de ballast sous la main au cas où une de ces bestioles se trouverait gênée par votre intrusion sur sa voie ferrée !

Input/Output:

Pas mal de sorties (ou d'entrées!) possibles, une surtout (une porte en ferraille simplement poussée au niveau de la Rue des Berges au premier passage, mais fermée complètement à mon deuxième passage). Nous sommes sortis rue Gandon (à coté de l'avenue de Choisy) en grimpant sur un escalier un peu rouillé possédant environ une marche sur deux, et en sautant par dessus une grille pas très haute. Retour à la vie normale...comme d'habitude à la sortie de la Petite Ceinture, le choc de la ville...
 
 
L'entrée royale, villa du Bel Air, suivre la flèche verte, et enjamber la petite balustrade...
 
 
Tout de suite, c'est la campagne...
 
 
Ou bien la province ?
 
 
Le pont qui enjambe l'avenue Daumesnil, très passante, en dessous...
 
 
Voilà les seuls habitants, qu'on retrouve d'une fois sur l'autre. Il faut dire qu'ils ont non seulement le gite, mais aussi le couvert...
 
 
Fini la campagne, passage par le fer, le bruit et la poussière...
 
 

 

Suite du tronçon